Catégories
Builds Gardening Life

Semaine du 31 mai 2020

Personnes

  • J’ai revu Christian, mon ancien boss aujourd’hui retraité. On s’est fait un petit apéro pour discuter de tout un tas de choses, de ses occupations, du boulot, de son nouveau chien, de la crise sanitaire, de l’avenir…
  • Les abuseurs se sont réunis ce week-end chez mon voisin pour quelques jours de jeux en réseau, de bière, de malbouffe, et d’absence de sommeil. Je suis passé prendre l’apéro avec eux, ça m’a suffit !
  • Une partie de la communauté Habitica était agitée ces derniers jours pour des débats qui auraient pu être évités. Si la bienveillance est plutôt omniprésente dans la communauté, il y a encore des sujets où les gens ont du mal à garder leur calme.
  • Je me suis pris un repas d’anniversaire annoncé moins de 24h avant l’échéance. J’y suis allé, parce que bon, les amis. Mais j’ai pas traîné non plus, parce que mon dimanche soir, je le préfère tranquille.

Base de connaissance

  • J’ai commencé à poser des liens dans mes notes, et notamment à y reporter pas mal d’articles web et d’autres ressources que j’avais concentrées sur quelques sites. C’est finalement pas plus mal d’avoir tout à un endroit.
  • J’ai pas eu le temps de faire une note sur les liens, justement, mais je me rends compte qu’il faut que je me rajoute toute une série de raccourcis dans l’en-tête des fichiers.

Woodworking

  • Je suis pas sur d’en avoir déjà parlé, mais j’ai démarré en début d’année une expérience visant à produire du bois flotté. C’est un bois aux propriétés un peu différentes. On en trouve surtout sur les plages, mais j’ai pas prévu d’aller à la plage, donc j’avais mis plusieurs morceaux de bois dans des caissons étanches, recouvert d’eau salée (j’ai enfin trouvé une utilité au stock de sel de déneigement que j’avais récupéré), dans un des caissons, pour tester, j’ai mis un bon paquet de vieux clous rouillés. J’ai tout sorti aujourd’hui, et le bois est bien préservé, il a beaucoup noirci avec la rouille. Reste maintenant à le faire sécher quelques semaines au soleil. C’est la bonne saison pour !
  • La tablette qui doit servir d’étagère dans le bureau avance, mais c’est (pas tout à fait étrangement) long, surtout parce qu’il y a un paquet de finitions à faire. Forcément, les planches de palettes que j’utilise n’étant pas très propres au départ, il y a du boulot.
  • J’ai enfin réussi à tester l’anneau en bois avec la bobine de cuivre intégrée. Ca n’a pas été sans mal, et là aussi, j’en suis encore aux finitions. Le résultat est moyen, mais pour un premier essai, j’estime que je m’en sors bien. J’ai surtout appris pas mal de petits trucs, et j’ai été obligé de reconstruire certains de mes outils que j’avais pensé un peu trop fragiles.

Empreinte carbone

  • Je me suis enfin débarrassé de mes dernières grandes figurines, qui faisaient très envie à mon libraire. Je vais en récupérer quelques euros, mais c’était même pas l’objectif.
  • Je me suis aussi débarrassé de tout un tas de spots (ceux qui étaient auparavant dans la véranda, et que j’ai remplacé par des spots à leds). Comme ils étaient encore en parfait état de fonctionner, et que j’en avais utilisé un pour réparer un spot chez Marie-Odile, je lui ai ramené le stock qui pourra servir au besoin.

Écosystème du jardin

  • J’ai pelleté, pelleté, et encore pelleté. C’est pas parfait, mais ça fera l’affaire, pas besoin que je m’excite plus à coup de pelle et de pioche…
  • Sinon, le reste du jardin pousse plutôt bien, et si c’est plus de boulot que l’an dernier (facile, rien n’avait poussé), c’est quand même plus plaisant.

Créativité

  • J’ai pas beaucoup d’idées concrètes en ce moment, mais je suis plus en phase d’acquisition de petits bouts d’idées. En voyant un peu tout et n’importe quoi, j’imagine comment détourner certaines utilisation, et si je ne vois pas immédiatement d’utilisation, j’arrive quand même à commencer à tirer des traits entre les différents points que j’accumule. J’attends avec impatience la première vraie idée qui sortira de tout ça.
  • Comme j’ai un dreamcatcher dans mes cartons de projets, je fais pas mal de recherche sur la façon de le tisser. Il y a pas mal de tutos sur internet, mais je n’en ai pas trouvé qui me satisfaisaient, soit parce qu’on perdait la géométrie globale, soit parce qu’on arrivait à certains fils plus épais que d’autres. Je n’ai pas trouvé de tuto qui me plaise, mais justement, en assemblant à peu près tout ce que j’ai trouvé comme idées, je crois que j’ai réussi à trouver comment faire. J’ose pas croire que ça soit moi qui ait découvert cette idée, parce que bon, c’est pas révolutionnaire. Comme c’est un peu plus compliqué, je me dis que ça doit être dans les tutos avancés.
  • Dans mes créations en bois, aussi, je galère pas mal avec les essences de bois. Certains bois se prêtent plus ou moins bien au jeu de la torsion, et surtout certains bois sont fragiles. Ce n’est pas sans une certaine fierté (les habitués comprendront) que je dois admettre que le bois qui tient le mieux, c’est le hêtre ! Mais du coup, je me retrouve avec une seule essence vraiment facile à travailler, ce qui en terme de couleur est assez pauvre. J’ai donc tenté un truc que j’avais vu une fois : l’expresso stain, qui consiste comme son nom l’indique à colorer le bois avec un expresso.
Il y a quand même une belle différence.

Média

  • J’ai fini les trois tomes de Mages. Pour l’instant, c’est prévisible mais sympa. Cela dit, ça se sent qu’ils sont en train de monter une grosse histoire.
  • J’ai fini Witchfinder, et j’ai mis autant de temps pour 3 tomes que pour les 26 tomes d’Elfes la semaine dernière ! La faute à un récit très dense, et d’autant plus intéressant. Sans compter tous les clins d’œil à Hellboy que j’ai parfois du mal à me remémorer.

Boulot

  • J’ai cumulé les discussions avec pas mal de collègues sur la question du management. Parce que certaines personnes expriment des problèmes à ce sujet, et parce que c’est une activité qu’il me plairait de reprendre à l’occasion. Et je me retrouve à expliquer une certaine vision du management à des gens qui pour certains ont bien plus d’expérience que moi. En l’occurrence, je leur explique que manager une équipe, c’est comme avoir des enfants. On veut les voir progresser, devenir meilleurs, autonomes, et ultimement quitter le nid ; et même quand ils se comportent comme des cons, même quand on a envie de les étrangler, même quand ils font une crise ou ont un comportement qui ne fait pas de sens, il faut les aimer, et leur apporter toute la bienveillance dont on dispose (et même plus encore parfois). On est là pour leur permettre d’exprimer leurs talents, pas pour les contrôler. Étrangement, ça a semblé être une révélation pour quelques responsables, certains vis à vis de leurs équipes, d’autres vis-à-vis de leur famille. Et heureusement, personne ne m’a demandé de rappeler que je n’étais pas parent moi-même !