Que de bois, la suite

J’ai maintenant un nichoir dehors.

On voit pas grand chose, mais c’est parce que c’est acrobatique de monter assez haut pour le prendre de près.

Evidemment, c’est plus en cette saison que les oiseaux vont venir dedans. Mais de ce que j’ai lu, il faut de toute façon un temps pour qu’ils se fassent à sa présence. Là, il va prendre la pluie, l’hiver, le vent, et au final, il va s’intégrer au décors. Et j’ai une vue pas trop dégueu depuis la véranda.

Pour l’anneau, j’ai aussi pas mal avancé, et après avoir raté trois tentatives pour en faire un autre, la dernière semble un peu plus fructueuse :

Alors oui, à cette étape, le second anneau a l’air très moche. Il l’est.

Le premier anneau, lui et il est maintenant lisse et ciré. Le seul défaut, c’est que j’ai fait ça un peu pour le fun au départ, et que même avec mes gros doigts, il a du mal à tenir. Il n’y a qu’à un endroit où il tient correctement.

Oui, l’autre est là juste pour me rendre encore plus con.

Alors, j’ai eu quelques remarques sur le fait que je porte des anneaux aux doigts, et ma réponse est toujours la même : non, je ne les porte pas. Je les fabrique, oui, mais mon réflexe instinctif quand j’ai un anneau au doigt, c’est de l’enlever, et de jouer avec. C’est pour la même raison que je ne porte pas de montre, et mon mangeur de cauchemars est une exception, même si je passe la plupart de mon temps à l’enlever.

Pour les actuels travaux de mon ancienne chambre, ça avance, et comme je m’en doutais vu mes trouvailles précédentes, je découvre un papier peint vintage qui me donne la nausée en dessous des lambris que j’enlève…

Rendez-vous compte, des gens ont vécu ici, lorsque ce papier peint était la couverture principale de cette pièce ! Et ils l’ont fait volontairement !

J’ai avancé beaucoup moins que je ne le voudrai, mais je sais que je vais vite me retrouver coincé par faute de matériel. Et du coup, j’ai perdu un peu de temps pour partiellement régler une partie de mon principal problème : qu’est ce que je fais de tous ces lambris ?? Oui, je pourrai emmener tout ça à la déchetterie (à vélo, ça va être simple), mais bon, j’ai le vieux réflexe de « c’est du bois, je vais bien pouvoir en faire quelque chose ». Alors, j’ai de quoi en faire des tonnes, et c’est du bois peint… Mais avec un peu d’imagination et deux heures et demi de temps, ça donne déjà ça :

Bon,c ‘est pas QUE du lambris, il y a aussi des morceaux de palette.

A côté de ça, je cours toujours autant après le temps. Et pourtant, c’est pas les choses à raconter qui manquent. J’aimerai bien parler de l’assassin royal, la série de romans dont je suis en train de finir le second cycle, et qui est bien pour des raisons assez étonnantes. J’aimerai bien répondre à la question qu’on m’a posé il y a peu, à savoir « c’est qui ton super-héros préféré ? » ; la réponse courte, c’est « aucun », mais il y a un personnage qui a une place toute particulière dans mon cœur et qu’on retrouve beaucoup en BD en ce moment (avec plus ou moins de succès). J’aimerai parler de tout ce que je recommence à faire maintenant que mon poêle à bois fonctionne à nouveau, de ma chasse aux punaises invasives à travers la maison, de mon papa qui est de nouveau plongé dans les problèmes de santé, du fait que j’ai encore 6 semaines de congés à prendre avant la fin de l’année, … la liste des sujets à aborder ici est longue. Et elle attendra.

Que de bois, la suite

4 réflexions sur “Que de bois, la suite

  1. Acanthe

    Ah ah ah ! La tapisserie ! C’était celle de la chambre de ma sœur au début des années 70 ! Merci, tu n’imagines pas à quel point tu viens d’égayer ma soirée !

  2. Drizzt

    Il y avait aussi queue de bois, l’acteur porno.

    Je vais finir par croire que tu es un elfe sylvain…mais beau boulot pour ton travail avec le bois c’est très écolo !

    Bon comme le poêle a bois fonctionne à nouveau je passe te rendre visite en novembre. Je suis à stras les 7 et 8 novembre.

    1. bleu

      Je me demande pourquoi ce commentaire était en modération… hmm !

      Tiens moi au courant de tes disponibilités quand tu seras dans le coin.

Les commentaires sont fermés.