J’ai la côte (mais je ne sais pas pourquoi)

Il y a un truc qui me scie avec mon Bullet Journal depuis que j’y note mon planning du mois. Je note chaque rendez-vous avec le nom de la personne que je dois rencontrer. Et j’ai étrangement beaucoup de prénoms féminins ! Pourtant je ne note pas la partie boulot, ou alors juste quand c’est un gros truc à ne pas oublier. Non, là c’est essentiellement personnel. Comment ça se fait que je côtoie autant de filles et que je sois toujours célibataire ? Bon, ok, la réponse obvious, c’est que je suis aveugle. C’est probablement vrai (mais dans d’autres contextes). Une autre réponse serait de dire que je déménage beaucoup d’amies fraîchement séparées, aussi. Que les collègues que je vois sont presque toutes déjà casées et heureuses en couple. Que les filles de ma famille, ça ne compte pas.

Mais le fait est que je suis populaire avec les filles en ce moment. Alors pourquoi ? Je dirai bien que j’en ai aucune idée ; mais ça serait mentir. J’ai une vague idée, qui tient en deux mots : Respect et Confiance. J’ai d’ailleurs eu cette discussion avec l’une d’elle qui faisait le même constat que moi. Je me plais à croire que justement parce que j’ai l’intelligence de ne pas traiter chaque fille comme une date potentielle (j’ai la lucidité de ne pas me croire plus intéressant que la moyenne), de les considérer avant tout comme des personnes avec qui j’échange, et de respecter les règles implicites (et pleines de bon sens) sur le fait de ne pas me croire tout permis du fait de cette proximité, je fais un bon partenaire de discussion auquel on fait appel au moment de parler.

Après, peut-être que je me plante totalement. Peut-être que je surestime ma capacité à être friendly.Peut-être que je me prête un comportement qui n’est pas vérifié dans les faits. Peut-être que je rate des appels du pied aussi. Mais étrangement je suis plutôt confiant.

Publié le
Catégorisé comme Life

Il fait enfin plus chaud par ici

Le voilà !
Le voilà !

Une bonne chose de faite ! En dehors du fait que ça m’aura coûté un bras, je trouve que ça vaut le coup ! Bon, je dirai bien que maintenant je me repose, mais il reste… tout le reste du salon à faire…

Publié le
Catégorisé comme Life

Overwhelmed

Mon actualité récente fait que je cours dans tous les sens depuis quelques mois, et que ça n’est pas prêt de s’arrêter pour l’instant. Après les avoir bien avancé, j’ai mis mes projets informatique de côté pour les longues nuits d’hiver, et je me concentre beaucoup sur la mise à jour du wiki d’Habitica, et sur les travaux dans mon salon. C’est mon gros projet du moment, et le moins qu’on puisse dire, c’est que j’ai été ambitieux. Peut-être trop, peut-être pas, on verra. En attendant, la liste des choses à faire dans mon salon :

  • Retirer la cheminée. Genre complètement. Et la remplacer par un poêle à bois.
  • Au passage, mettre du carrelage au mur et au sol à l’endroit où sera le poêle. Construire également un petit mur pour protéger le canapé de la chaleur.
  • Retirer la porte-fenêtre entre le salon et la véranda et faire un cadre propre (et sans porte ; il y aura un rideau plus tard).
  • Installer un faux plafond avec des spots intégrés pour la lumière et des haut-parleurs pour le 5.1 côté télé (oui, ça implique que je ne change pas la télé de coin…)
  • Monter un support sur mesure pour le bras articulé qui tiendra la télé en place (comme ça, plus possible de la changer de coin)
  • Monter un support métallique solide de l’autre côté du salon, qui sera globalement caché par le faux plafond, et qui me permettra d’avoir deux crochet solidement ancrés dans le plafond pour y accrocher… des sièges hamac.
  • Isoler phoniquement du mieux possible le mur mitoyen avec les voisins.
  • Construire une séries de meubles sur mesure pour meubler la pièce en optimisant l’espace. Au passage, créer un coin lecture, un coin boulot, et une grande étagère de 7m de long (ça vend pas du rêve dit comme ça, mais vous verrez quand ça sera fini).

Oui, il y a du boulot, mais en fait pas tant que ça, la plupart des trucs étant un tant soi peu réfléchis d’abord. Je vous passe les détails, comme par exemple le caractère non conventionnel de mon faux plafond, mais qui pour le coup s’accommode très bien des autres modifications.

En attendant, quelques photos de l’avancée des travaux.

Ça commence doucement à avoir de la gueule. Le poêle à bois quant à lui va ressembler à ça (celui en pierre naturelle, pas celui en blanc céramique). Ça explique un peu mon choix de carrelage. Prochaine étape : le carrelage au mur. Et après, je peux commencer à attaquer le faux plafond et la structure métallique pour les hamacs.

Sinon, au registre des nouveautés, j’ai de nouveaux voisins dans la maison mitoyenne, à savoir un couple d’amis à moi qui ont sauté sur la maison quand je leur ai annoncé qu’elle était à vendre. Ça veut surtout dire que je bricole occasionnellement chez eux aussi, parce qu’il y a du boulot.

En parlant boulot, j’ai enfin changé d’équipe, et la différence est flagrante. Si ça me fait chier d’avoir laissé mes collègues adorés derrière moi, je dois dire que personnellement, ça fait du bien et ça redonne du peps à mon quotidien. Du coup, j’ai eu droit à une déferlante de gentils messages quand j’ai annoncé le départ de mon ancienne équipe, à tel point que j’ai consigné tous ces messages pour les ajouter à mon Bullet Journal. Difficile de faire plus motivant !

Enfin, si, peut-être, mais ça ne marche pas à la demande : j’ai eu droit ces derniers temps à beaucoup de remerciements sincères de la part d’amis pour ce que je leur apporte. Une amie qui me remercie régulièrement de la motiver à accomplir ses projets, une autre qui me remercie d’être là pour elle quand beaucoup de monde lui a tourné le dos, un ami qui me remercie de l’aider à se changer les idées après sa séparation, mes voisins qui me remercient pour l’aide en une demi-seconde à la demande (et pour les conseils que je prodigue, même si trop souvent ils s’assoient dessus). J’aurai presque l’impression d’être quelqu’un de bien !

Publié le
Catégorisé comme Life

Surprise d’été

J’ai eu la surprise ce soir d’avoir un peu de compagnie dans ma cave, sous la forme d’un oiseau qui s’y était infiltré et qui était visiblement un peu perdu et affolé. Alors qu’est ce qu’on fait dans ces cas là ? La pauvre bête volait dans tous les sens, et je ne faisais probablement que la terrifier encore plus. Je suis allé arroser le jardin en espérant qu’avec les portes grandes ouvertes, il trouverait la sortie. Mais non, il est resté apeuré dans son coin. Au final, j’ai pris une grande branche de noisetier pour essayer de le pousser gentiment dehors. Ca aura été plus simple que prévu, puisqu’il s’y est accroché, et je n’ai eu qu’à me diriger vers la sortie en tendant la branche devant moi.

Tout ça pour dire, ça m’aura quand même un poil surpris que j’ai plus de respect pour un oiseau que pour certains êtres humains que je côtoie.