Un peu de gratitude

Il y a une petite dizaine d’année, à un autre endroit, je participais annuellement à un défi qui s’appelait « Un mois pour tout savoir ». Ça consistait à profiter du mois de Mars pour révéler chaque jour un secret. A n’importe quel sujet, juste se débarrasser d’un secret chaque jour pendant 31 jours. J’y ai raconté plein de choses ; et au bout de quelques années, j’ai manqué de secrets. C’est là que je me suis rendu compte qu’une chose qu’on dit finalement peu aux autres, c’est combien ils comptent (alors ok, les gens qui me connaissent maintenant diront qu’à l’inverse, je le dis plutôt souvent… forcément, j’ai appris). C’était plutôt costaud à l’époque de trouver 31 personnes à remercier sincèrement. Mais j’ai gardé un bon souvenir de cette expérience.

Ça va faire au moins un an que je repense à ça, et que je me dis qu’il faudrait que je renouvelle l’exercice. Par contre, devoir faire un post par jour pendant 31 jours, c’est éprouvant. Alors je me suis dit que je ferai ça en une seule fois, et sans compter. Parce que ces dernières années ont été emplies de révolutions, de personnes qui m’ont ouvert les yeux sur tout un tas de choses. Et si j’aime beaucoup de personnes, il en est certaines qui ont une place particulière dans mon cœur. C’est de celles là dont j’ai envie de parler aujourd’hui.

Publié le
Catégorisé comme Life

Rat Queens

Pendant longtemps, j’ai raconté à qui voulait l’entendre que les liseuses, c’était pas pour moi. Parce que moi, monsieur, j’aime le papier. Et je le pensais réellement. Mais à l’époque, je n’avais pas un poids calculé de plus de deux tonnes et demi de papier dans ma bibliothèque.

J’ai craqué l’an dernier, en achetant une liseuse. J’en ai pris une couleur parce que les specs me plaisaient bien, pas vraiment pour la couleur (encore que, avoir des couvs en couleur, ça me plait aussi). Par contre, j’avais clairement dit que c’était essentiellement pour les bouquins académiques, les bouquins que je n’avais pas envie d’entasser dans ma bibliothèque. Parce que les romans, les BD, c’est sacré !

Bon, évidemment, je suis tombé sur un Humble Bundle de romans de l’univers WH40K, et j’ai maintenant tout un tas de romans, que très honnêtement je n’aurai pas acheté au format papier, vu la multitude. Mais j’ai tenu bon concernant les BD, ça j’y tiens, c’est sur papier.

Bon, c’était sans compter sur un autre Humble Bundle qui a titillé une corde sensible, celle de Rat Queens. Rat Queens, c’est un comics absolument fabuleux, tellement fabuleux que l’éditeur français s’est arrêté au second tome, me laissant avec ma frustration ! Alors quand j’ai eu la possibilité d’acheter la suite, même si c’était au format numérique, j’ai sauté dessus, forcément. Bon, je ne sais pas encore si je vais les lire sur la liseuse, ou sur le PC, mais je vais les lire, c’est obligé. Parce que ça n’existe pas sur le marché français.

La morale de l’histoire, c’est qu’il n’y a finalement plus aucun tabou à briser sur ma liseuse, tout y est passé !

Publié le
Catégorisé comme Books, Tech

Février 2022

Travaux et créativité

  • J’avais ça dans mes cartons, et ça tombait bien, entre mon apprentissage de Blender et l’anniversaire d’Aline. Il y a quelques mois, elle m’avait dit avoir perdu un bouchon de guidon de vélo, et j’avais dit en rigolant que je pouvais lui en imprimer un en 3D, avec son avatar dessus… et donc je l’ai fait. Il m’a fallu plusieurs prototypes pour arriver à un bon résultat, mais je suis assez content du rendu final.
  • J’ai bien été obligé de faire un peu de ménage dans le garage, après avoir passé commande du matériel pour les travaux de la bibliothèque. J’en ai profité pour fabriquer vite fait des boites pour ranger tous les clous que j’avais trié le mois dernier.
  • Je suis rentré dans le dur de mes travaux de cette année en recevant quantité de matériel à la fin du mois. Évidemment, la livraison se fait sur le pas de la porte, et à moi de rentrer tout ça à l’intérieur !
Bon, au moins j’étais au soleil pour faire ça.
  • J’ai commencé le ménage dans la bibliothèque, et c’est là que je me demande commence j’ai fait pour tenir si longtemps avec une telle déco de base dans la pièce. La réponse tient à peu de choses : j’avais des bibliothèques partout. En attendant, Kemal m’en a pris une partie, Jo et Manue une autre, et une collègue de Manue me prendra le reste. Il reste quelques autres meubles, dont un clic-clac dont je ne sais quoi faire, mais bon, ça partira, j’en suis sûr.

Personnes

  • Après mon dernier cours au Fablab, j’ai recroisé Jean-Jules, un retraité qui était présent aux deux cours, et qui s’est amusé à repartir du modèle qui sert de base pour le cours, et à en faire une impression 3D. Et il m’en a offert un.
  • J’avais prévu un petit apéro Exca avec Jo et Manue. Et puis comme Aline n’était pas dispo le jour de son anniv, elle est venue aussi ce soir là. Et comme Mel et Mehdi ne nous avaient pas vu depuis longtemps, ils nous ont rejoint aussi. Du coup, j’avais prévu le coup, des cadeaux pour les trois anniversaires qu’on avait en stock, des petits jeux de société, des muffins vegan cuisinés à la va vite, et des bretzels de la boulangerie du coin.
  • Troisième cours donné au fablab, avec une seule personne présente cette fois-ci, et il s’agissait d’un artisan forgeron voisin du fablab. Même si j’apprécie d’avoir du monde qui s’intéresse au sujet, n’avoir qu’une seule personne, vraiment intéressée en plus, c’était finalement aussi amusant.

Scripts

Après une mise à jour de mon serveur, il s’est avéré que Tiny tiny RSS ne supportait pas encore PHP 8.1, et donc c’était tout cassé. Je me suis dit que c’était la bonne occasion de passer à une installation Docker, qui est devenu la méthode officielle ; mais je m’y suis arraché les cheveux. Du coup, j’ai testé FreshRSS, qui est autrement plus simple et plus light en fonctionnalités, mais ça me va bien. J’ai aussi testé Selfoss, mais lui aussi rencontre un soucis avec PHP 8.1 actuellement, et l’installation depuis les sources est autrement plus complexe.

Empreinte carbone

  • Avec l’âge (et non, la saison des beignets n’a rien à y voir), la plupart des abuseurs commencent à prendre de l’embonpoint. La conséquence, c’est que mes chaises commencent à avoir du mal à les supporter. Du coup, l’une d’elle a récemment faillit sous le poids. Qu’à cela ne tienne, c’est du bois, et le bois, je sais le réparer. Enfin, normalement. Bon, j’avais pas de cheville de rechange, mais c’est pas le truc le plus compliqué à fabriquer.
  • Moi qui me vantait il y a encore peu de temps de pas avoir besoin de sortir ma poubelle très souvent (zéro déchet, tout ça…), j’avais oublié à quel point les livraisons de matériel viennent avec quantité de plastique et de polystyrène. Ma poubelle est trop petite pour tout y faire tenir… Mais bon, quand je vois comment tout le quartier remplit sa poubelle en une semaine, je me dis que remplir la mienne en deux mois, finalement, c’est déjà une grande avancée.

Écosystème

  • J’ai commencé mes plantations. Comme chaque année, je vise les concombres, les tomates, les courgettes, les courges, les poivrons et les piments. Espérons que la météo soit un peu moins propice aux limaces cette année.
  • Un de mes Pothos est mort. Un de mes Crassula aussi. C’était à prévoir. Mon Aeschynanthus a pris un coup, mais a l’air de tenir bon. Le Ceropegia perd des feuilles petit à petit. Mais le reste se porte plutôt bien, et avec les jours qui s’allonge, la plupart des plantes donnes l’impression de vouloir se lancer dans une bonne croissance cette année. Je croise les doigts.

Media

  • J’ai fini Titanicus, et j’ai vraiment beaucoup aimé. a m’a ramené à mes souvenirs d’adolescent, et j’y ai retrouvé l’ambiance si particulière de Warhammer 40,000. Après, clairement, c’est pas pour tout le monde, et il y a toute une lingo particulière à adopter. Mais moi j’aime bien. J’ai du coup commencé la trilogie Eisenhorn, et pour l’instant, ça s’annonce tout aussi passionnant, malgré une ambiance très différente.
  • Coup sur coup, j’ai eu droit à une casquette Yojimbot de mon libraire, et Bubble m’a envoyé quelques goodies pour ma participation en tant que modérateur du catalogue de nouveautés.
  • J’avais décidé il y a longtemps qu’il faudrait que je profite de mes travaux pour me débarrasser de plusieurs bouquins. Mais c’était surtout une idée. J’ai maintenant commencé à lister ce qui va dégager, et sans trop d’efforts, j’en suis déjà à une centaine de titres, avec à peu près autant pas encore indexés. Et plus je me force à les lister, moins j’ai de scrupule à le faire.

Publié le
Catégorisé comme Life

Un problème de taille

L’une des expressions anglophone qui me décrit probablement le mieux, c’est « My own worst enemy« . Ca m’est apparu encore plus clairement depuis que j’ai commencé les travaux de ma bibliothèque.

Outre le fait que j’ai rarement envisagé d’avoir mes livres en dehors de la bibliothèque (ce qui n’est pas pratique quand il faut tout relocaliser…), il reste un truc qui fait que je mets des plombes à vider cette pièce : c’est des livres.

So what ? Bah j’attrape une pile de livre, je vais dans une autre pièce, je regarde où j’ai de la place, je pose mes livres, je regarde de quoi il s’agit, et une heure après je suis en train de les relire… Autant dire que ça avance pas des masses.

Finalement, ce qui m’aura aidé sur la seconde bibliothèque, c’est un coup de fil de Pélagie, qui m’a occupé l’esprit pendant que je descendait les bouquins en mode automatique. Après avoir raccroché, c’est là que je me suis rendu compte qu’en peu de temps, j’avais fait plus que depuis plusieurs jours.

Mais il reste une bonne chose là dedans ; à devoir tout sortir, je me retrouve à me demander si tous ces bouquins sont vraiment nécessaires. Entre les séries qui n’ont jamais vu de conclusion, et celles qui avaient l’air bien sans vraiment l’être, je me dis qu’il y a tout un tas de bouquins dont je pourrai me débarrasser. Mais il va falloir que je fasse une liste, parce que ma condition pour m’en débarrasser, c’est de trouver quelqu’un qui les reprenne (je suis sûr que certaines librairies d’occas de Strasbourg seraient heureuses de faire affaire avec moi). J’en sortirai pas vainqueur financièrement, mais ma bibliothèque ne s’en portera que mieux. Et c’est l’essentiel.

Publié le
Catégorisé comme Books

La saison a commencé…

Généralement, ce que j’aime les mois d’hiver, c’est surtout traîner à côté de mon poêle à bois. Mais en Février, c’est la période des beignets, et là, mon cerveau disjoncte complètement. Je crois que j’en mange des quantités démesurées, et heureusement qu’il fait froid, ça m’oblige à brûler du gras pour me réchauffer !

Publié le
Catégorisé comme Life

Janvier 2022

Difficile de qualifier ce mois. Il y a eu des hauts et des bas. Plus de hauts que de bas, et assez peu de temps de dispo en dehors du boulot. Mais pas mal de projets, pas mal d’avancées ; bref, les choses avancent.

Travaux et créativité

  • Un peu de travail sur un projet annexe, à savoir fabriquer un coffre au trésor (histoire de donner un peu de mal aux cambrioleurs, mais surtout à mes capacités de menuiserie). J’avais pas tout à fait envisagé qu’en étant solide comme ça, il pèserait deux tonnes…
  • J’ai repris le chemin de l’imprimante 3D pour répondre à un besoin exprimé pré-Covid par Christian, mon ancien boss retraité. Quelque chose de simple en soi, mais qui m’obligeait à plonger dans la modélisation.
  • J’ai commencé à préparer les travaux de cette année, à savoir la bibliothèque. J’ai fait beaucoup de calculs pour arriver à voir la quantité de bois dont j’ai besoin, et autant dire que c’est … énorme. Je sais pas si j’ai la place de stocker tout ça dans le garage…

Personnes

  • Ca m’a quand même fait bizarre de revoir Arkhi à nouvel an. Ca fait presque 20 ans qu’on se connaît, et en 20 ans, c’était la … seconde fois qu’on se voyait (et la dernière fois, c’était une paire d’heure pour boire un verre au centre ville). Mais c’est ce genre d’histoire imprévisible et imprévue qui est amusante.
  • Il y a une quantité impressionnante de gens autour de moi qui chopent le Covid-19. Au boulot, les amis, les connaissances, tout le monde ou presque y passe. Je résiste bien pour l’instant, mais c’est probablement parce que je vois proportionnellement moins de monde. C’est une drôle de façon de dire que je culpabilise moins d’être un solitaire !
  • Second cours d’Inkscape au fablab, et celui-là m’a paru beaucoup mieux que le premier. Déjà, il y avait plus de monde, plus de participation, et j’avais revu ma façon de faire pour être plus dynamique. On a aussi théorisé avec Thibault ce que pourrait être un cours de second niveau une fois qu’on aurait une masse critique sur le premier niveau. Et on a envisagé l’idée de créer un canal de discussion (probablement sur Discord) pour les utilisateurs et utilisatrices du fablab. Bref, pas mal de projets en perspective.
La sortie du fablab à la mi-janvier.

Base de connaissance

  • Justement en apprenant à modéliser sur Blender, j’ai du prendre beaucoup de notes, parce que bon, j’y suis pas tous les jours, même si maintenant je me dis que j’ai pas mal de nouvelles possibilités qui s’ouvrent.
  • Tout ça m’a permis de me rendre compte que certains de mes fichiers ont pris une proportion assez importante, et que je gagnerai probablement à découper en fichier plus petits. Mais comment garder une organisation simple quand on démultiplie les fichiers ? C’est un sujet qui traîne en fond sonore dans ma tête, mais il me faudra probablement une période de congés pour m’y mettre.
  • Sans qu’il s’agisse de ma base de connaissance, l’une de ses sources est la quantité d’informations que je reçois par flux RSS. Ceci étant dit, j’ai clairement envie de réduire le temps que je passe à parcourir ces informations. Ça veut dire qu’il faut que je m’attaque à un gros travail de tri, pour éliminer les flux qui ne m’apportent rien de très concret, et filtrer plus agressivement ceux qui restent. Ça va m’occuper un moment, et ça va me faire réviser mes expressions régulières !

Scripts

  • J’ai eu une épiphanie, pendant que je cherchais pourquoi mon script marchait quand j’écrivais la commande dans le terminal, mais pas dans mon script global lancé depuis org-mode. Subshell ! Évidemment… Ça semble évident quand on s’en rend compte. Mais pas avant !
  • Une autre épiphanie, lorsque j’ai enfin compris pourquoi à certains reboot, je n’avais plus aucun accès au réseau. J’avais déjà un vague doute sur la cause, la première fois que c’était arrivé, mais j’avais manqué de patience et réinstaller mon système sur le PC vieillissant était une bonne option. Quand c’est arrivé à mon PC principal, c’est devenu plus compliqué. Finalement, accéder à Network Manager en CLI et virer la connexion résiduelle du VPN s’est avéré être la solution.
  • Une idée de script que j’ai en tête, aussi, c’est d’automatiser l’archivage des tâches terminées dans mon agenda org-mode. Ca pourrait être fait à la main, et avec l’une ou l’autre commande, ça peut même être fait très rapidement. Mais ça implique que j’y pense, et j’aimerai autant que ça soit une tâche qui me sorte de la tête.

Empreinte carbone

  • Un truc qui m’ennuyait depuis un moment, c’était que le peu de clefs que j’emporte avec moi avaient une fâcheuse tendance à trouer les poches de ma veste. A tel point que je ne les y mettais plus de peur de les perdre. Mais un petit tour chez mes parents, et Maman m’a réparé ça. Sauf que bon, le réparer si c’est pour que ça me refasse pareil dans un moment, c’est pas vraiment une solution. Une solution qui m’est venu sur le moment, c’est d’utiliser les talents de couturière de Maman pour régler le problème autrement.
  • J’avais déjà réutilisé pas mal de clous de palette dans mes projets précédents. Mais ce projet de projet de coffre au trésor me demande un peu plus que de fouiller au hasard dans mon seau à clous. Et donc, un soir où j’avais besoin de calme et de sérénité, je me suis installé au coin du feu et j’ai trié mes clous. C’est le genre de truc qui doit me faire passer pour un psychopathe pour un tas de gens, mais qui a le don de m’apaiser.
  • Ils ne s’en sont probablement pas rendu compte, mais j’ai fait du ménage sous le cerisier des voisins, et j’en ai profité pour récolter plusieurs poignées de noyaux de cerises. Celles que je récupère en été sont bien, mais pas encore assez nombreuses, donc vu les quantités au sol, j’accélère le processus dès que j’ai un peu de temps à passer dehors.

Écosystème

  • J’ai taillé les noisetiers dehors, et je me retrouve avec des quantités de branches que pour l’instant j’entasse au pied des noisetiers. Ça fait un abri pour les hérissons et les souris. Et vu la taille des branches que je sors, je confirme que la haie de noisetiers, c’est une bonne option (pas que j’en ai réellement douté).
  • Les graines de mon Ceropegia sont arrivées à terme, et j’ai pu les récolter avant qu’elles ne tombent je ne sais où. Reste à voir si j’arriverai à les faire pousser.
  • Le reste des plantes de la véranda se porte … assez bien dans l’ensemble, avec des exceptions. J’ai un Pothos qui fait la gueule, un Crassula en train de mourir, mais le Peperomia que je croyais mort me fait une nouvelle feuille, et les Epiphyllum s’en donnent à cœur joie.

Media

  • Je continue Learning Python, mais le bouzin fait quand même 1500 pages, autant dire que j’en ai pour un moment.
  • C’était un truc qui me taraudait depuis longtemps. J’ai une attirance très forte pour l’univers de Warhammer 40000, que j’ai d’abord découvert adolescent en jouant au jeu de figurines. Mais ça s’est avéré à la fois coûteux, chronophage, et j’ai manqué de personnes avec qui jouer. J’ai laissé tomber à la fin de mon adolescence, et presque 20 ans plus tard, j’ai revendu toutes mes figurines, non sans une certaine appréhension. Mais j’allais quand même régulièrement consulter les nouvelles de cet univers. Récemment, j’étais tombé par hasard sur cette interview de Dan Abnett, et j’en étais ressorti avec l’envie d’en savoir plus. Et puis est venu cette semaine une offre sur Humble Bundle, où j’ai finalement craqué. Me voilà donc avec une série d’ebooks à lire, et un sentiment de satisfaction plutôt fort.
  • De notable au niveau lecture récente, je parlerai de Something is killing the children, une série avec une héroïne assez inhabituelle. C’est un savant mélange d’horreur et de psychologie, avec un poil d’action et de société secrète. Les trois premiers tomes semblent former un tout, mais j’espère bien qu’on en saura un peu plus dans le futur (un quatrième tome étant paru aux US).
  • J’ai enfin repris une série que j’avais de côté depuis… longtemps ! Chuck, une série de 2007 dont je n’avais jamais trouvé le temps de voir les dernières saisons. La série a une part d’auto-dérision, d’humour nerdy, de références à tout un tas de choses de mon enfance qui font que je m’y retrouve un peu. A part peut-être dans le fan service qui semblait probablement courant à l’époque, mais parait un peu déplacé aujourd’hui.

Publié le
Catégorisé comme Life

Il y a un an…

Sur le coup, ça ne m’est pas apparu comme un grand coup de chance. Aujourd’hui, c’est plus facile de le voir comme ça. Et pour l’instant, j’ai retenu les leçons de cet accident. Espérons que ça dure.

Publié le
Catégorisé comme Life

L’heure du bilan 2021

C’est l’heure du bilan annuel… et d’un peu de mise en perspective des choses à venir, petit exercice que je trouve intéressant de faire chaque année.

Qu’a donné 2021 ?

A la première réflexion, il y a surtout eu deux événements marquants cette année. D’abord j’ai failli perdre un doigt. Et ensuite, j’ai eu des visiteurs non-désirés à mon domicile. Chacun a sa manière m’a marqué assez péniblement. J’ai tiré les leçons du premier événement, et je suis en train de le faire pour le second.

En dehors de ça, il reste surtout mes axes de progression annuels. Reprenons…

  • Me recentrer sur les personnes passionnées de mon entourage. Bilan 2021 très mitigé. Il y a eu de très bonnes choses, comme le fait que j’arrive à parler plus sereinement avec Phèdre, par exemple, ou le fait que pour la seconde fois en 20 ans j’ai eu l’occasion de passer un moment avec Arkhi. Mais il reste que dans l’ensemble, j’ai quand même passé beaucoup de temps dans mon coin, et je n’ai pas toujours su profiter des personnes qui me sont chères.
  • Utiliser et améliorer une base de connaissances. J’ai surtout réfléchi à la façon d’organiser mes connaissances, mais je crois qu’il faudrait que je mette sérieusement les mains dans le cambouis. Le système que j’ai est fonctionnel, et je l’utilise régulièrement, mais ça n’est pas vraiment optimisé, et sans que ce soit une nécessité, c’est à la fois un objectif qui me plaît, et quelque chose qui m’apporterai une certaine sérénité. J’aurai donc pu faire mieux, mais le fait que je n’ai pas abandonné ce projet, et que je l’utilise toujours, c’est la preuve pour moi que l’idée est bonne et mérite toujours de l’attention.
  • Travailler mes compétences informatiques. Comme partout je crois, en fait, j’aurai pu faire mieux, mais ici, je suis quand même très content de moi. Finalement, acheter cette liseuse était vraiment une bonne idée, et j’ai eu beaucoup de plaisir à lire ces livres de data science, de bash, de python, et d’autres sujets qui touchent autant aux compétences pro que perso. J’ai beaucoup de livres, peut être plus que je ne peux en absorber, mais j’ai le choix des choses que je veux apprendre. Et j’ai quelques projets en cours pour la mise en pratique.
  • Réduire ma consommation et produire moins de déchets. Celui-là est plutôt réussi, même si j’ai toujours des pistes d’amélioration. En particulier, je pense à ma consommation pour le chauffage qui peut être optimisée. Avec le télétravail, c’est un véritable sujet. Mais j’ai réussi à consommer local, à ne pas trop dépendre d’Amazon, à consommer moins tout simplement, et à valoriser pas mal de déchets. Dans l’ensemble, je suis plutôt content de moi.
  • Entretenir l’écosystème de la maison. Difficile d’être satisfait, entre l’été de merde qu’on a eu, et plusieurs plantes de la véranda qui sont mortes, c’est pas vraiment un succès. Et pourtant, d’autres plantes se portent très bien, j’ai pu aménager la véranda pour optimiser l’ensoleillement des plantes. Donc un bilan mitigé, pas totalement de mon fait, mais une bonne dynamique dans l’ensemble.
  • Découvrir, imaginer, rêver, créer, partager, contribuer. J’ai pas fait autant que j’aurai voulu, mais je veux toujours beaucoup, et j’ai quelques bons points cette année. J’ai démarré les formations au fablab, j’ai fabriqué pas mal de choses en dépit de mon accident, j’ai inspiré et été inspiré, j’ai quelques très bonnes idées qui ont été développées au boulot, j’ai toujours deux tonnes de projets,… J’ai aussi un peu peur de m’enfermer dans les choses que je connais bien, et de ne plus créer qu’en me basant sur ma zone de confort. C’est bien l’inverse que je cherche.

Je pourrai aussi parler travaux, et de la cuisine que j’ai en partie refaite cette année, mais c’était finalement assez peu de travail, et j’avais choisi de le faire justement pour me ménager après mon accident. C’est fait, et c’est plutôt bien fait, mais ça mérite finalement peu d’attention.

Et maintenant ?

2022 est là, et c’est donc le moment de revoir mes axes de progression, de me fixer de nouveaux objectifs, plus en phase avec ce que je ressens, et ce qui est de mon ressort.

  • Travailler plus sur moi, parce que se fixer un objectif qui vise d’autres personnes, c’est pas le plus réalisable. En particulier, je pense à deux choses. La première, c’est mon activité physique. J’ai jamais vraiment été à plaindre, mais le télétravail réduit mon kilométrage à vélo, j’ai un nouveau vélo spécialement pour le sport, et clairement, marcher (ou courir) dans la nature me fait du bien. En second, c’est ma capacité à communiquer qui gagnerait à être travaillée. J’ai une certaine aisance au boulot que je ne retrouve pas, ou peu personnellement, et clairement, mes conversations avec Phèdre ont mis à jour des pistes d’amélioration à suivre de manière générale.
  • Être plus actif sur ma base de connaissance, parce que si son intérêt ne fait plus débat, et son utilisation non plus, j’ai clairement beaucoup à gagner à optimiser la façon dont je m’en sers. J’ai un peu de recherche à faire, en particulier sur des méthodes comme celles associées à org-roam. J’ai mes solutions de sauvegarde à revoir. J’ai l’intégration dans ma prise de note qui gagnerait aussi à être un peu plus réfléchie. J’ai toujours un doute sur le fait d’intégrer une partie professionnelle, je pense que j’ai plus intérêt à répliquer mes méthodes du mieux possible avec les outils pro dont je dispose. Mais c’est à travailler d’une manière ou d’une autre.
  • Prendre plus de temps pour mes compétences informatiques, parce que lire, c’est bien, mais d’une part je ne le fais pas encore assez régulièrement, et d’autre part, mettre en pratique c’est mieux. Et le soucis, c’est le temps, comme d’habitude. Ce n’est pas que je n’ai pas le temps, mais que je ne le prends pas assez. J’ai donc un bruit de fond à réduire pour me dégager un peu plus de temps sur ces sujets. Et arriver à intégrer cet apprentissage un peu plus dans mes routines (et encore mieux, dans mon boulot).
  • Faire un grand ménage de la maison, en faisant attention à ne pas produire plus de déchets que nécessaire. Avant de me lancer dans le zéro déchets, j’ai accumulé du bazar à la cave, j’ai acheté (ou reçu) plein de choses inutiles qui s’entassent dans des boites, et je me dis qu’il faudrait que je vide un peu la maison de ce qui n’est plus nécessaire. J’ai des pistes pour donner mes affaires plutôt que m’en débarrasser, et faire en sorte que d’autres profitent de ce dont je n’ai plus besoin. Le défi ici consiste plus à prendre ce problème à bras le corps, plutôt que de juste y penser.
  • Aménager mes espaces verts pour que mes plantes s’y épanouissent mieux. Ce que j’ai commencé dans la véranda est un exemple de ce que je peux imaginer faire, mais j’ai aussi du travail à l’extérieur, pour que les arbres et les autres plantes régulières ne se fassent pas la guerre. Je me dis en particulier que je pourrai profiter du mètre cube de graviers d’ornements que j’avais sorti du jardin, et qui traîne depuis lors dans la cour. Ça serait un bon moyen pour isoler un peu les pieds des arbres des mauvaises herbes, par exemple.
  • Créer et partager en dehors de ma zone de confort, parce que c’était le but premier en travaillant ma créativité, finalement. Ma zone de confort a ça de bien que j’y travaille en mode automatique, et ça a ses avantages, que je n’ai pas intérêt à perdre. Mais élargir ses horizons et s’ouvrir à de nouvelles choses, c’est ça qui devrait me faire progresser. Donc il y a un équilibre à trouver pour entretenir ce que je fais déjà, et aller dans de nouvelles directions également.

Et pour ce qui est des travaux, parce que c’est un plaisir qui ne s’arrête jamais, sauf à ce que je me coupe réellement un doigt, l’idée sera de refaire la bibliothèque, ce qui représente l’un des deux gros morceaux de la maison (je garde le meilleur pour la fin). Dans l’ensemble, j’ai l’hiver pour faire les plans et commander le matériel, le printemps pour tout vider, refaire le parquet, les murs et le plafond, et l’été pour fabriquer les bibliothèques. Ambitieux, mais clairement pas impossible.

Par où on commence ?

Il me reste un point supplémentaire pour cette année, et c’est justement ici qu’il démarre. Mon habitude de faire un état des lieux hebdomadaire m’aide bien à suivre ce que j’arrive à faire pour avancer, mais c’est vrai que c’était devenu un exercice un peu frustrant les derniers temps. D’abord parce que j’ai parfois un peu l’impression de faire un listing pour le plaisir d’aligner des points, mais sans plus de conviction. Ensuite parce que cet exercice est devenu une certaine contrainte ; j’ai clairement dit que mon problème, c’est d’arriver à canaliser mon temps, et je me retrouve souvent à m’y prendre à la va-vite. Et enfin, j’ai plus envie en ce moment de parler aussi d’autres choses, et je n’y arriverai que si je lève un peu le pieds sur ce type de contrainte. Ça ne veut pas dire que je vais complètement arrêter ; comme je l’ai dit, j’en retire des choses positives. Mais clairement, toutes les semaines, c’est devenu beaucoup moins intéressant. Il me reste à trouver le bon rythme, et je me dis que ça sera peut être tous les mois. Ça me donnera l’occasion de parler d’autres choses entre temps, et ça me forcera à anticiper un peu plus, justement parce que ma mémoire ne va pas aussi loin que ça.


Alors voilà, ça fait un sacré programme pour 2022, mais à ne pas être ambitieux, on accomplit bien peu. Et en plus, le boulot risque d’être particulièrement chargé cette année ; mais j’aime à croire que je pourrai gérer tout ça de front, et sans sourciller (ou juste assez peu pour qu’on puisse faire comme si on ne l’avait pas vu). J’aime aussi à croire que je suis bien entouré, par des personnes qui me pousseront à faire toujours mieux. Et j’aime surtout à croire que je sais apprécier toutes les petites victoires que je pourrai accumuler, autant que les grandes quand elles arriveront. Bref, toutes les bonnes raisons de démarrer l’année plein d’espoir !

Publié le
Catégorisé comme Life