Catégories
Builds

L’occupation du week-end

Voilà ce que j’ai fait ce week-end.

Ca a commencé Vendredi matin quand mon voisin est venu me chercher pour qu’on vire le carrelage de sa terrasse. C’était fait en une heure, et pourtant il y avait bien 25 mètres carrés de terrasse. En fait, c’était tellement moisi qu’on n’avait qu’à soulever les carreaux, ils n’étaient même plus collés. Le béton en dessous n’était pas mieux, et en 2h, on avait viré les 5 centimètres d’épaisseur de la chape. Je l’ai laissé faire les calculs de surface et de volume pour acheter le ciment et le sable qui allait avec.

Samedi après midi, on a donc commencé, avec quelques autres courageux, à vouloir couler une nouvelle chape. Je passerai les détails de l’organisation de dernière minute un peu foireuse, je me contenterai de garder en mémoire la tête de mon voisin quand il m’a demandé combien de sable il devait acheter (il ne l’avait pas encore fait), et que je lui ai répondu que pour 300kg de ciment, il faudrait qu’il trimballe dans sa twingo 1 tonne 200 de sable (finalement il a racheté 200kg de ciment, ce qui l’amène pas loin des 2 tonnes de sable).

Dimanche après midi, finalement à cours de sable (erreur de calcul basique lorsque les sacs de ciment et ceux de sable ne contiennent pas le même poids), on s’est arrêté à 1m de la délivrance. C’est là qu’on voit la différence entre les bricoleurs et les autres. Je n’avais pas mal au dos, pas de courbature de la veille (ceci dit, j’étais près à démarrer à 6h du mat dimanche), et si j’avais des écorchures plein les mains, elles sont maintenant aussi douce qu’un fessier de nourrisson, malgré le fait qu’elles aient passé deux jours dans le ciment.

Et le week-end prochain, ils devront faire sans moi, vu que je serai chez la mère d’un de mes meilleurs potes, à faire de l’enduit dans le salon avant de tout repeindre.