L’heure du bilan 2021

C’est l’heure du bilan annuel… et d’un peu de mise en perspective des choses à venir, petit exercice que je trouve intéressant de faire chaque année.

Qu’a donné 2021 ?

A la première réflexion, il y a surtout eu deux événements marquants cette année. D’abord j’ai failli perdre un doigt. Et ensuite, j’ai eu des visiteurs non-désirés à mon domicile. Chacun a sa manière m’a marqué assez péniblement. J’ai tiré les leçons du premier événement, et je suis en train de le faire pour le second.

En dehors de ça, il reste surtout mes axes de progression annuels. Reprenons…

  • Me recentrer sur les personnes passionnées de mon entourage. Bilan 2021 très mitigé. Il y a eu de très bonnes choses, comme le fait que j’arrive à parler plus sereinement avec Phèdre, par exemple, ou le fait que pour la seconde fois en 20 ans j’ai eu l’occasion de passer un moment avec Arkhi. Mais il reste que dans l’ensemble, j’ai quand même passé beaucoup de temps dans mon coin, et je n’ai pas toujours su profiter des personnes qui me sont chères.
  • Utiliser et améliorer une base de connaissances. J’ai surtout réfléchi à la façon d’organiser mes connaissances, mais je crois qu’il faudrait que je mette sérieusement les mains dans le cambouis. Le système que j’ai est fonctionnel, et je l’utilise régulièrement, mais ça n’est pas vraiment optimisé, et sans que ce soit une nécessité, c’est à la fois un objectif qui me plaît, et quelque chose qui m’apporterai une certaine sérénité. J’aurai donc pu faire mieux, mais le fait que je n’ai pas abandonné ce projet, et que je l’utilise toujours, c’est la preuve pour moi que l’idée est bonne et mérite toujours de l’attention.
  • Travailler mes compétences informatiques. Comme partout je crois, en fait, j’aurai pu faire mieux, mais ici, je suis quand même très content de moi. Finalement, acheter cette liseuse était vraiment une bonne idée, et j’ai eu beaucoup de plaisir à lire ces livres de data science, de bash, de python, et d’autres sujets qui touchent autant aux compétences pro que perso. J’ai beaucoup de livres, peut être plus que je ne peux en absorber, mais j’ai le choix des choses que je veux apprendre. Et j’ai quelques projets en cours pour la mise en pratique.
  • Réduire ma consommation et produire moins de déchets. Celui-là est plutôt réussi, même si j’ai toujours des pistes d’amélioration. En particulier, je pense à ma consommation pour le chauffage qui peut être optimisée. Avec le télétravail, c’est un véritable sujet. Mais j’ai réussi à consommer local, à ne pas trop dépendre d’Amazon, à consommer moins tout simplement, et à valoriser pas mal de déchets. Dans l’ensemble, je suis plutôt content de moi.
  • Entretenir l’écosystème de la maison. Difficile d’être satisfait, entre l’été de merde qu’on a eu, et plusieurs plantes de la véranda qui sont mortes, c’est pas vraiment un succès. Et pourtant, d’autres plantes se portent très bien, j’ai pu aménager la véranda pour optimiser l’ensoleillement des plantes. Donc un bilan mitigé, pas totalement de mon fait, mais une bonne dynamique dans l’ensemble.
  • Découvrir, imaginer, rêver, créer, partager, contribuer. J’ai pas fait autant que j’aurai voulu, mais je veux toujours beaucoup, et j’ai quelques bons points cette année. J’ai démarré les formations au fablab, j’ai fabriqué pas mal de choses en dépit de mon accident, j’ai inspiré et été inspiré, j’ai quelques très bonnes idées qui ont été développées au boulot, j’ai toujours deux tonnes de projets,… J’ai aussi un peu peur de m’enfermer dans les choses que je connais bien, et de ne plus créer qu’en me basant sur ma zone de confort. C’est bien l’inverse que je cherche.

Je pourrai aussi parler travaux, et de la cuisine que j’ai en partie refaite cette année, mais c’était finalement assez peu de travail, et j’avais choisi de le faire justement pour me ménager après mon accident. C’est fait, et c’est plutôt bien fait, mais ça mérite finalement peu d’attention.

Et maintenant ?

2022 est là, et c’est donc le moment de revoir mes axes de progression, de me fixer de nouveaux objectifs, plus en phase avec ce que je ressens, et ce qui est de mon ressort.

  • Travailler plus sur moi, parce que se fixer un objectif qui vise d’autres personnes, c’est pas le plus réalisable. En particulier, je pense à deux choses. La première, c’est mon activité physique. J’ai jamais vraiment été à plaindre, mais le télétravail réduit mon kilométrage à vélo, j’ai un nouveau vélo spécialement pour le sport, et clairement, marcher (ou courir) dans la nature me fait du bien. En second, c’est ma capacité à communiquer qui gagnerait à être travaillée. J’ai une certaine aisance au boulot que je ne retrouve pas, ou peu personnellement, et clairement, mes conversations avec Phèdre ont mis à jour des pistes d’amélioration à suivre de manière générale.
  • Être plus actif sur ma base de connaissance, parce que si son intérêt ne fait plus débat, et son utilisation non plus, j’ai clairement beaucoup à gagner à optimiser la façon dont je m’en sers. J’ai un peu de recherche à faire, en particulier sur des méthodes comme celles associées à org-roam. J’ai mes solutions de sauvegarde à revoir. J’ai l’intégration dans ma prise de note qui gagnerait aussi à être un peu plus réfléchie. J’ai toujours un doute sur le fait d’intégrer une partie professionnelle, je pense que j’ai plus intérêt à répliquer mes méthodes du mieux possible avec les outils pro dont je dispose. Mais c’est à travailler d’une manière ou d’une autre.
  • Prendre plus de temps pour mes compétences informatiques, parce que lire, c’est bien, mais d’une part je ne le fais pas encore assez régulièrement, et d’autre part, mettre en pratique c’est mieux. Et le soucis, c’est le temps, comme d’habitude. Ce n’est pas que je n’ai pas le temps, mais que je ne le prends pas assez. J’ai donc un bruit de fond à réduire pour me dégager un peu plus de temps sur ces sujets. Et arriver à intégrer cet apprentissage un peu plus dans mes routines (et encore mieux, dans mon boulot).
  • Faire un grand ménage de la maison, en faisant attention à ne pas produire plus de déchets que nécessaire. Avant de me lancer dans le zéro déchets, j’ai accumulé du bazar à la cave, j’ai acheté (ou reçu) plein de choses inutiles qui s’entassent dans des boites, et je me dis qu’il faudrait que je vide un peu la maison de ce qui n’est plus nécessaire. J’ai des pistes pour donner mes affaires plutôt que m’en débarrasser, et faire en sorte que d’autres profitent de ce dont je n’ai plus besoin. Le défi ici consiste plus à prendre ce problème à bras le corps, plutôt que de juste y penser.
  • Aménager mes espaces verts pour que mes plantes s’y épanouissent mieux. Ce que j’ai commencé dans la véranda est un exemple de ce que je peux imaginer faire, mais j’ai aussi du travail à l’extérieur, pour que les arbres et les autres plantes régulières ne se fassent pas la guerre. Je me dis en particulier que je pourrai profiter du mètre cube de graviers d’ornements que j’avais sorti du jardin, et qui traîne depuis lors dans la cour. Ça serait un bon moyen pour isoler un peu les pieds des arbres des mauvaises herbes, par exemple.
  • Créer et partager en dehors de ma zone de confort, parce que c’était le but premier en travaillant ma créativité, finalement. Ma zone de confort a ça de bien que j’y travaille en mode automatique, et ça a ses avantages, que je n’ai pas intérêt à perdre. Mais élargir ses horizons et s’ouvrir à de nouvelles choses, c’est ça qui devrait me faire progresser. Donc il y a un équilibre à trouver pour entretenir ce que je fais déjà, et aller dans de nouvelles directions également.

Et pour ce qui est des travaux, parce que c’est un plaisir qui ne s’arrête jamais, sauf à ce que je me coupe réellement un doigt, l’idée sera de refaire la bibliothèque, ce qui représente l’un des deux gros morceaux de la maison (je garde le meilleur pour la fin). Dans l’ensemble, j’ai l’hiver pour faire les plans et commander le matériel, le printemps pour tout vider, refaire le parquet, les murs et le plafond, et l’été pour fabriquer les bibliothèques. Ambitieux, mais clairement pas impossible.

Par où on commence ?

Il me reste un point supplémentaire pour cette année, et c’est justement ici qu’il démarre. Mon habitude de faire un état des lieux hebdomadaire m’aide bien à suivre ce que j’arrive à faire pour avancer, mais c’est vrai que c’était devenu un exercice un peu frustrant les derniers temps. D’abord parce que j’ai parfois un peu l’impression de faire un listing pour le plaisir d’aligner des points, mais sans plus de conviction. Ensuite parce que cet exercice est devenu une certaine contrainte ; j’ai clairement dit que mon problème, c’est d’arriver à canaliser mon temps, et je me retrouve souvent à m’y prendre à la va-vite. Et enfin, j’ai plus envie en ce moment de parler aussi d’autres choses, et je n’y arriverai que si je lève un peu le pieds sur ce type de contrainte. Ça ne veut pas dire que je vais complètement arrêter ; comme je l’ai dit, j’en retire des choses positives. Mais clairement, toutes les semaines, c’est devenu beaucoup moins intéressant. Il me reste à trouver le bon rythme, et je me dis que ça sera peut être tous les mois. Ça me donnera l’occasion de parler d’autres choses entre temps, et ça me forcera à anticiper un peu plus, justement parce que ma mémoire ne va pas aussi loin que ça.


Alors voilà, ça fait un sacré programme pour 2022, mais à ne pas être ambitieux, on accomplit bien peu. Et en plus, le boulot risque d’être particulièrement chargé cette année ; mais j’aime à croire que je pourrai gérer tout ça de front, et sans sourciller (ou juste assez peu pour qu’on puisse faire comme si on ne l’avait pas vu). J’aime aussi à croire que je suis bien entouré, par des personnes qui me pousseront à faire toujours mieux. Et j’aime surtout à croire que je sais apprécier toutes les petites victoires que je pourrai accumuler, autant que les grandes quand elles arriveront. Bref, toutes les bonnes raisons de démarrer l’année plein d’espoir !

Publié le
Catégorisé comme Life

2 commentaires

  1. Oui, je suis bien d’accord, c’est en mettant la barre en haut qu’on progresse, j’en sais quelque chose, et ce sera pour moi aussi la tendance de cette nouvelle année, du côté professionnel tout au moins. Je te souhaite donc une bonne année, pleine de réussites et de bonnes surprises ! Bises girondines

    1. Merci ! Bonne année à toi aussi, bonne santé surtout ! Et plein de réussite professionnelle, Madame la change manager 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *