Le hasard et le vélo

Pour les non-résidents de notre belle communauté urbaine de Strasbourg (CUS), il convient de placer un peu de contexte. La CUS a un challenge qui existe depuis 10 ans, Au boulot à vélo, et qui vise à suggérer aux entreprises d’encourager ses employé·e·s à prendre le vélo pour venir bosser. Ca fait quelques années que j’y participe, parce qu’avec ou sans ce challenge, je viens au boulot à vélo de toute façon.

Au fil des années, le challenge s’est étoffé, avec de la chasse au trésor, des concours photo, des courses spéciales, etc, le tout dans le but d’ajouter des kilomètres à son entreprise. J’ai un peu participé à la chasse aux balises (mais assez peu vu qu’en moins de 5 jours, les 100 avaient été trouvées), et la course spéciale avait lieu le soir d’une dédicace que je ne voulais pas rater.

Stéphane Perger, il tabasse, quand même.

Il y a aussi la photo de groupe, et comme il fallait (pour que ce soit comptabilisé) qu’on ait au moins 10% des participants, l’association sportive du boulot a essayé de faire les choses bien. C’est à cette occasion que j’ai appris qu’on avait une RH QVT. Donc pour faire les choses bien, la direction a fait venir un photographe professionnel, a négocié pour que le Président et le Directeur général (qui sont eux aussi cyclistes à l’occasion) soient présents sur la photo, et histoire de motiver les troupes, ont annoncé l’organisation d’une tombola pour les participants à la photo, et dont le prix serait un vélo à assistance électrique. Bon, moi j’ai jamais caché que j’avais besoin de pédaler et de faire l’effort pour que mon trajet à vélo soit efficace, mais l’initiative est vraiment sympa.

Comme j’aime faire le militant vélo, j’avais de toute façon motivé pas mal de collègues à participer au challenge, et j’ai motivé plusieurs collègues à venir à la photo (perso, je déteste apparaître sur les photos, mais bon, je fais parfois des efforts). Nous voilà donc à aller au point de rendez-vous pour la photo, qui devait avoir lieu à 11h, heure d’une réunion que j’ai pu décaler de 10 minutes pour l’occasion. Je n’ai finalement réussi à motiver que deux collègues à m’accompagner, mais c’est déjà ça. On croise deux personnes qui distribuent les billets de tombola, je laisse passer les collègues, je rigole parce que les personnes ont eu l’air de galérer à décrocher les tickets, et finalement quand je demande à voix haute si je prends celui de gauche ou de droite, la jeune fille à ma droite me dit « prenez le mien, ça sera forcément le gagnant ! » J’ai pas osé lui dire que je ferai un mauvais gagnant.

Mais ce à quoi personne n’avait pensé avant le jour même, c’est la température à 11h du mat. On ne voyait pas grand monde sur le lieu de la photo, effectivement, et tout le monde était parti chercher de l’ombre en attendant qu’on démarre. J’aurai eu assez peu à attendre pour qu’on se mette tous en place, en plein soleil. Je ne vais pas blâmer l’association sportive ni la RH qui ont organisé ça au mieux de leurs moyens, mais rester 5mn en plein soleil pour mettre tout le monde en place était déjà un enfer, attendre 5mn de plus que le président et le directeur général sortent de leur réunion pour nous rejoindre était une catastrophe, et prendre encore 5mn de plus pour faire une photo correcte était juste surréaliste, dans la mesure où on était tous en nage. J’ai pas vu la photo finale, mais j’imagine qu’on aurait pu faire un concours de chemises mouillées. La photo prise, tout le monde se dirige vers la sortie (surtout que j’étais très juste pour ma réunion), mais non « attendez, y’a le tirage au sort de la tombola !! » J’avais juste envie de partir, mais ça fait pas terrible d’être le premier à se barrer, alors je suis resté, le temps que ça s’organise, en priant pour que ça dure le moins de temps possible.

Ca n’aura pas duré longtemps, puisque pendant que je discutais avec mon voisin des bienfait du pédalage sans assistance électrique, c’est mon numéro qui aura été tiré…

Évidemment à ce moment là, il y a plein de choses qui sont passées par ma tête. Déjà, je voyais tout le monde rentrer, et je me disais que moi je pouvais pas encore me mettre à l’ombre, ou mieux à la clim. La RH qui commence à organiser la photo du vainqueur, moi qui vais serrer la main au président et au DG qui étaient les auteurs du tirage. Ma réunion qui prend encore au moins 10mn dans les dents. Le fait que je transpire comme un porc alors qu’on va incessamment sous peu me prendre en photo avec le président et le DG. Le fait que je vais hériter d’un vélo à assistance électrique. Le fait que j’ai récupéré tellement de trucs au déménagement de mon pote la semaine dernière que je n’ai pas la moindre place dans mon garage. Bref …

Il y a deux résultantes à ça :

  1. Ma photo est maintenant placardée dans le bureau et dans les couloirs, parce que les collègues ne se lassent pas de me taquiner sur les contacts que j’ai maintenant à la direction du groupe.
  2. Ma position sur l’assistance électrique étant connue, tout le monde me dit « bah t’as qu’à le revendre ». Sauf que bon, ça ne me semble pas correct. J’ai passé un moment à me demander ce que j’allais bien pouvoir faire de cet engin, et à la réflexion, je me dis que ça pourrait valoir le coup de voir s’il me permettrait de couvrir la distance jusqu’à chez mes parents (60km à la louche, avec pas mal de dénivelé). On verra quand j’aurai la bestiole entre les mains si elle est capable de tenir cette route là. Et si c’est pas le cas… bah je sais pas encore.

Alors non, je ne me plains pas. Il ne manquerait plus que ça, tiens. C’est sympa, j’ai eu de la chance, c’est d’ailleurs ce que je dis à tous les gens qui me félicitent en dépit du fait que je n’ai rien fait de particulier à part prendre le ticket qu’on m’annonçait à l’avance comme gagnant (j’en ai d’ailleurs glissé un mot à la jeune fille qui me l’avait annoncé, elle n’en revenait pas elle non plus). Et puis voilà, on va voir quand j’aurai ce vélo entre les mains. Mais je continuerai à venir au travail à la force de mes cuisses et de mes mollets.

Le hasard et le vélo

2 réflexions sur “Le hasard et le vélo

  1. Acanthe

    C’est rigolo ton histoire ! Si ça se trouve, tu vas y trouver un intérêt, à ton VAE, pour des balades du week-end un peu plus longues.
    Concernant le vélo au boulot, je n’ai pas encore essayé. J’essaie de me motiver en me disant que juillet et août, avec un temps plus clément et moins de monde sur la route, c’est le moment idéal pour m’y mettre. Côté Direction, on a un double discours : « sauvez la planète venez bosser en vélo » (j’exagère à peine) mais « non on n’installera pas de vestiaires et encore moins de douches » (comment ça se passe chez toi ?). C’est du côté des employés que ça bouge, et cette semaine le groupe qui essaie de promouvoir ce mode de transport a placardé une affiche avec des points de rendez-vous pour constituer des groupes et les numéros de portables de certains qui veulent bien jouer le rôle de « locomotive », et je trouve l’initiative intéressante.

  2. bleu

    Les longues balades à vélo, c’est comme beaucoup de choses chez moi, tout seul, ça m’intéresse pas, et je n’ai personne avec qui en faire. De toute façon, je ne prendrai le VAE que si la personne qui m’accompagne en a aussi un, sinon c’est le meilleur moyen de la perdre en chemin.
    Au boulot, on est plutôt bien loti. On a effectivement des douches et des vestiaires, qui sont réservés aux membre de l’association sportive, mais tu peux payer une cotisation minimale juste pour l’utilisation des douches (logique, pour l’entretien). Il faut dire que l’association sportive est plutôt bien présente au siège. En dehors de ça, la direction a mis en place un PDE (Plan de Déplacement en Entreprise), avec pour but de diminuer le trafic automobile qui pose toujours des soucis de bouchons dans le coin et de places de parking dispo. Du coup, ils prennent en charge la moitié de l’abonnement aux transports en commun (SNCF compris), ils offrent des tickets de tram aux cyclistes pour les jours de pluie, ils ont mis en place une plateforme d’échange pour le covoiturage… pas mal d’initiatives assez sympa.

Les commentaires sont fermés.