Catégories
Life Rants

La rando, à vélo

Aujourd’hui, c’était la dernière session de chasse aux balises pour le challenge Au boulot à vélo. Et comme je suis dévoué à la cause, j’avais posé ma journée pour aller chasser un max.

J’ai suivi mon horaire habituel, comme quand je pars bosser à 7h30, et quatre heures plus tard, me voilà de retour avec 12 balises en plus (j’en aurai eu 15 si des petits malins n’étaient pas passés quelques minutes avant moi sur certaines). Je totalise donc sur les 4 sessions… 42 balises. Et je l’ai pas *totalement* fait exprès. J’étais curieux de voir si j’arriverai à en faire la moitié à moi tout seul, mais ça aurait pas été cool pour les collègues qui participent (oui, je sais, 42, c’est pas très cool pour eux non plus, mais ça l’est pour moi).

J’ai eu le plaisir aujourd’hui en plus de faire une partie du trajet avec un autre joueur acharné, un certain Dom qui joue pour le compte de l’eurométropole, et qui m’a dit être maître nageur à Schiltigheim. On avait 4 balises en commun, et c’était amusant de faire ça à deux, parce qu’on a du coup pris des trajets que j’aurai pas forcément pris, et je pense pareil pour lui, mais surtout parce qu’il avait plus un œil de lynx que moi, et qu’il a vite trouvé deux des balises que j’aurai cherché pendant quelques minutes de plus s’il n’avait pas été là. Merci Dom, donc.

J’ai aussi rencontré des employés de l’eurométropole dans la forêt derrière chez moi, qui m’ont interrogé sur ce dont il s’agissait. Je leur ai expliqué le concept. Et c’est là que j’ai appris que cette forêt est une réserve naturelle, et que ce genre de truc peut être considéré comme un événement sportif, et qu’il leur faut donc une autorisation de l’eurométropole (ça serait étonnant qu’ils ne l’aient pas, vu que c’est géré en commun avec eux). Ca m’a fait penser à Phèdre qui avait fait des études dans ce domaine, je la voyais bien en garde-champêtre, à dire « Hop hop, mec, qui t’a donné le droit de faire chier le animaux ?! »

Et donc, au final, je pensais avoir fait moins de kilomètres que la dernière fois, mais non, j’en ai fait plus, en presque autant de temps de déplacement (mais un peu plus de temps d’arrêt). Je continue de m’impressionner par la quantité de kilomètres que je peux faire sans y réfléchir, alors que j’ai l’impression d’être un petit joueur et de me traîner à vélo (ou à pieds d’ailleurs). Il ne me reste plus qu’à préparer ma prochaine rando à pieds. Ou alors il faut que je suive l’exemple d’Aline et que je me mette au trail !