Catégories
Builds

La créativité, ça se travaille

Tout le monde n’est pas effrayé par ma capacité à fabriquer des meubles, encore et encore. Non, certaines personnes sont juste dubitatives et me lâchent gentiment un « nan mais t’es taré » ou simplement un « Pourquoi tu te fais chier ? ».

Je me fais chier parce que … parce que j’aime ça, d’abord, oui, au point que non, je ne me fais pas chier. Mais bon, c’est un autre débat. Non, je me fais chier parce que si je ne le faisais pas, je n’aurai pas de hamacs dans mon salon. Si je ne le faisais pas, je n’aurai pas des meubles sur mesure (ah c’est sur qu’Ikea ne sait pas faire des meubles qui s’imbriquent dans les conduites de chauffage). Si je ne le faisais pas, j’aurai laissé ma vieille cheminée toute pourrie (ou alors j’aurai payé une double fortune pour mettre n’importe quoi d’autre à la place). Si je ne le faisais pas, je n’aurai juste pas du tout fait de travaux dans ma maison et j’aurai laissé aux murs du salon cette couleur jaune qui m’arrache les yeux (bon, je l’ai laissée quelques années avant de me lancer, donc je vais pas trop critiquer), j’aurai rien fichu, et je serai toujours en train de vivre dans « la maison que j’ai achetée » et pas « chez moi » (notez la différence).

Alors oui, ça prend du temps, ça fait de la poussière, ça demande des efforts, c’est pas parfait, et c’est pas le truc le plus passe-partout qui soit. Mais c’est ce que j’ai imaginé, c’est une vision à laquelle je donne corps, c’est un projet qui se construit à chaque instant et à chaque millimètre, c’est un apprentissage permanent de chaque détail (comme du simple fait que mes meubles peuvent être parfaits, les murs et le sol, eux, ne le sont pas…). C’est tout un process créatif qui fait que je découvre, j’apprends, je fabrique de nouvelles idées, j’en réalise un certain nombre, j’évolue, je progresse doucement mais sûrement, je m’améliore et au final, je m’épanouis.

Alors oui, je « me fais chier », mais je préfère largement ça à simplement stagner en regardant mes idées passer devant moi et s’éloigner en faisant un geste d’au revoir (généralement un bras d’honneur).

2 réponses sur « La créativité, ça se travaille »

Ca prend forme ! Tu as également fait le tabouret du coin bureau ? et la tablette pour le clavier, tu l’as faite coulissante ?
A défaut de bricolage – c’est pas vraiment mon truc – j’ai fait de la couture (dans des temps immémoriaux), et je me souviens bien : du plaisir à imaginer le projet, du plaisir à remuer ses méninges pour se projeter, et en 3D, dans les différentes étapes de l’assemblage, pour moi des pièces de tissu, pour toi des éléments de bois. C’était très jubilatoire, intellectuellement, et un vrai bonheur d’associer activité manuelle et intellectuelle. A tes détracteurs, tu répondras que c’est excellent pour le cerveau ! (et le moral !)

Alors, j’ai fait le tabouret, j’en ai même fait deux identiques qui, une fois rangés l’un à coté de l’autre, donnent presque l’illusion d’être une étagère de plus ; mais à la base, c’est supposé servir de desserte pour les hamacs. Et oui, la tablette est coulissante. Je m’essaye tout doucement à des choses plus complexes que juste *des bouts de boits imbriqués*.
Et oui, ce genre de travail est jubilatoire. Mais mes détracteurs ne le comprennent pas, vu qu’ils s’estiment pour la plupart incapable de faire pareil, alors que c’est plus souvent une façon de dire qu’ils sont mieux à regarder la télé. Je ne cherche plus à leur faire entendre raison.

Les commentaires sont fermés.