Je ne suis pas toujours gentil

On me dit tout le temps que je suis gentil (bon, des fois on me dit « trop bon trop con »). J’estime qu’on n’est jamais assez gentil, et je reconnais aussi que j’ai une certaine empathie qui fait que je comprends assez bien ce que les gens peuvent faire ou dire sous le coup de l’énervement, de la fatigue, ou de la lassitude. Et je ne leur en tiens que rarement rigueur. Donc oui, je suis gentil. En général.

Les petits vieux qui habitent à côté étaient venus me voir l’an dernier, parce que le noisetier qui pousse contre leur clôture fait tomber des feuilles chez eux, et ça ruine leur gazon anglais. Et ils m’avaient gentiment demandé s’ils pouvaient couper les branches qui dépassaient. Je suis gentil, donc j’ai dit oui, de toute façon, la loi est de leur côté (l’arbre ayant 35 ans, ils ne peuvent pas me demander de le couper, mais ils peuvent se charger de ce qui est de leur côté). J’ai dit oui et je ne m’en suis plus occupé. Ils savent que je récupère le bois, donc je m’attendais à ce qu’il balancent les branches dans mon jardin. Et voilà que deux semaines plus tard, j’ai … des branches dans mon jardin. Genre beaucoup de branches. Genre des branches qui font 15 à 20cm de diamètre, et qui ont été coupées largement sous la ligne de la clôture, de mon côté (mon jardin n’est jamais fermé, et ils le savaient). Les petits vieux ont taillé dans le vif, et ils ont descendu la moitié du noisetier. Alors bon, ça m’a surtout fait chier parce que je pouvais pas tout laisser là, ça allait étouffer l’herbe. Je m’inquiétais pas trop pour le noisetier, qui pousse de toute façon comme la mauvaise herbe. Ils m’ont fait ça deux fois de suite, à deux semaines d’intervalle, et j’ai à chaque fois passé mon dimanche après midi à tout débiter et ranger. J’ai hésité à aller les voir pour râler, mais bon, j’aurai peut être du être plus clair. Et puis j’aime pas faire une scène pour ça. Et puis la vengeance est un plat qui se mange froid.

S’il y a des personnes qui se demandent la différence entre la pelouse et le gazon, c’est simple. Le gazon, c’est de la merde. C’est typiquement une à trois variété d’herbes différentes, qui assurent un look uniforme et cassent la biodiversité. La pelouse, à l’inverse, c’est une grande quantité d’herbes, de plantes, de fleurs, de végétaux, qui donnent un look plutôt anarchique, et assurent une biodiversité au top. Donc ma vengeance est toute choisie. Je suis en train de préparer quelques bombes végétales, à base de graines de chardon, de rhizomes de liseron, et d’autres plantes diverses et variées qui poussent trèèèèès bien et qui vont apporter une variété insoupçonnée au gazon de mes voisins. Parce que je suis gentil avec eux.

Je ne suis pas toujours gentil

2 réflexions sur “Je ne suis pas toujours gentil

    1. bleu

      Et encore, t’as pas vu le stock de graines que je me fais pour diversifier leur gazon aussi vite qu’ils arrachent tout.

Les commentaires sont fermés.