Catégories
Life

En parlant d’auteurs de talent…

Il y a vraiment un truc en ce moment. Il est midi, je viens de tomber sur un documentaire de la BBC qui s’appelle Terry Pratchett – Back in Black (le lien risque de ne pas vivre très longtemps, puisque ce n’est pas un upload officiel), et j’ai les yeux rouges et les joues humides.

Alors évidemment, pour les gens qui ne connaissent pas Terry Pratchett, ce documentaire ne leur parlera pas beaucoup, et ne provoquera pas grande réaction. C’est un auteur qui était atteint d’Alzheimer à la fin de sa carrière, et qui ultimement en est mort. Ca peut se résumer à ça. Mais pour moi et les personnes qui ont lu les annales de disque monde, c’est juste un monument qui s’effondre. Un peu comme moi en regardant le témoignage de Neil Gaiman (et un peu comme lui aussi d’ailleurs.)

A lot of people are leaving messages here to thank me for my part in Back in Black, the Terry Pratchett documentary. Sometimes it’s because when I started crying, so did they.

It was strange, and unexpected, breaking down in an interview in an empty Chinese restaurant early one morning: I think it was because the night before it had been Terry’s public memorial, and now it was private, and I was talking about my friend, not about the public persona. At the end of the interview, Charlie, the director/interviewer said “I’ve never said this before to someone I’m interviewing, but would you like a hug?” and I said I would. “Well, at least that bit won’t be on TV,” I thought. “It would be too embarrassing if it was.”

But it seems to have let other people cry too, for Terry and for what they needed to cry about, and for that I’m grateful. So you are all very welcome.

— Neil Gaiman

Ca fait maintenant deux ans que Terry Pratchett est mort. Ca fait deux ans que je vis avec l’idée que le disque monde s’arrêtera dans peu de temps en publication française. Comme beaucoup de gens dans le documentaire, je me demande si je lirai son dernier livre, parce que ça serait accepter l’idée qu’il n’y en aura plus.

3 réponses sur « En parlant d’auteurs de talent… »

Je me souviens bien du premier Terry Pratchett que j’ai lu, il m’avait fait forte impression, du coup je l’avais fait découvrir à un de mes frères, qui est « tombé dedans ». J’ai lu plusieurs de ses bouquins par la suite, mais je n’ai jamais eu le courage de lire la saga du Disque Monde toute entière, d’autant que je suis tombée une ou deux fois sur des opus qui m’ont moins intéressée. Mais j’ai un grand respect pour un tel auteur, par ailleurs fort bien traduit en français par Patrick Couton (qui a du reste été récompensé je crois), mais probablement les lis-tu en langue originale. J’ai appris le décès de Pratchett avec beaucoup de tristesse.

Par facilité, et parce que mon papa les lis aussi, je les lis traduits en français. Après, oui, tous les tomes ne se valent pas, certains sont moins bien que d’autre, mais les derniers sont vraiment tous très bien dans le sens où derrière les traits d’humour, on sent toute la colère de Pratchett contre les injustices de ce monde. C’est particulièrement vrai (de mon ressenti) à partir de « La vérité« , et ça se sent franchement beaucoup aussi dans les romans du disque monde (une série de cinq titres qui sont à part des annales du disque-monde). C’est surtout ces derniers titres là qui m’ont fait passer ces lectures au delà de la simple fantasy à quelque chose qui prend aux tripes.C’est là qu’il est passé pour moi du statut d’auteur fétiche à celui d’inspiration.

Les commentaires sont fermés.