Ces choses qui vont et viennent

Cette semaine aura été éprouvante à plus d’un titre, et si j’ai quelque part l’habitude de ces événements qui arrivent par vague, ceux de cette semaine auront testé ma capacité à rester à flot au cœur de la tempête. Tout ça aura commencé par certains espoirs qui n’auront finalement pas la suite que j’aurai souhaité, culminera avec l’enterrement d’une amie, et finira avec un énième déménagement où on compte toujours sur moi, autant pour l’organisation que la charge. Dire que je suis lessivé est un doux euphémisme.

J’aurai quand même eu une vraie bonne surprise dans tout ça :

Cette équation résume ce que nous savons des particules et des forces fondamentales.

Une petite carte postale de mon architecte préféré, D’ailleurs, tu avais parlé de début d’année de peut-être (ou peut-être pas, suivant ton emploi du temps) passer faire un tour dans le coin. C’est toujours d’actualité ? Ou c’est mort ? En tout cas, comme je le disais en début d’année, ça sera toujours avec plaisir.

Outre la fatigue qui sait parfois se montrer insistante, mon état est … je crois que le meilleur mot est « triste ». Pas déprimé, pas malheureux, juste triste. Triste pour ce que j’ai perdu, triste pour ce que je n’ai pas, et triste de l’image que je projette qui, si elle n’est pas mauvaise en soi, ne correspond pas à ce que j’aimerai. Mais j’ai appris il y a longtemps que ces choses là ne sont pas sous mon contrôle, alors je sais lâcher prise. Et je reconnais cette tristesse comme étant une marque de l’importance et de l’affection que je porte à toutes ces personnes.

Alors maintenant, quoi ? Bah comme d’habitude, quand les événements s’acharnent sur moi, je me referme doucement. Et je fais ce que je sais faire de mieux. Apprendre, bricoler, créer. Pas mal de travaux qui étaient encore à l’état d’idées dans ma tête vont commencer, voir ont déjà commencé pour certains. Par exemple, j’ai changé ça :

C’est vieux, c’est moche, c’est plein de pollen, c’est abîmé, et c’est une relique de la maison avant que j’emménage.

en ça :

C’est pas la perfection, mais ça fera l’affaire. Et c’est pas encore plein de pollen.

Voilà deux heures de travail sous la pluie hier soir qui à défaut de m’avoir reposé physiquement m’auront permis de m’évader un temps. Et rien à foutre de la pluie.

Et puis comme j’ai envie de me remettre à la sculpture sur bois pour un autre projet très personnel, et que je n’ai plus beaucoup de branches en stock suite à mon dernier projet, je me suis enfin décidé à démonter complètement les trois énormes morceau de bois qui composaient le rebord de la cheminée que je n’ai plus, pour les débiter en petits morceaux, et les mettre en forme à l’aide de mon mini tour, un autre jouet qui a le don de faire s’évader mon esprit.

J’ai pas encore la moindre idée de ce que ça donnera au final, et je ne suis même pas sur que la forme soit la plus adaptée à la sculpture que je veux faire. Mais c’est pas comme si j’avais pas encore 80kg de ce bois.

Et à côté de ça, j’ai commencé à m’intéresser à i3 (via Regolith), à une méthode plus abordable pour moi pour l’instant, à savoir gTile (qui à l’avantage de me permettre de continuer à utiliser GSConnect, ce que je n’ai pas réussi sous i3, assez logiquement), j’ai aussi commencé à regarder Home Assistant, qui est une alternative à openHAB, et j’affine mon utilisation d’Orgzly. Et je viens de voir que Dropbox limitait maintenant son utilisation à 3 appareils, ce qui me conforte dans l’utilisation de Syncthing (et si j’en avais pas besoin pour échanger avec quelques non-libristes, à commencer par mes parents, je dégagerai ce service immédiatement).

Alors j’ai bien conscience que toute cette activité sert essentiellement à m’abrutir assez l’esprit pour que je trouve le temps de bien lâcher prise, mais il y a aussi à la fois quelque chose de satisfaisant à voir que je suis toujours capable d’accomplir certaines choses positives, et dans l’absolu, ça a beau représenter pas mal de boulot, comme ça me permet de m’évader, c’est beaucoup plus reposant physiquement qu’il n’y parait. Espérons juste que je mette moins de temps que la dernière fois à sortir de cet état.

Ces choses qui vont et viennent

2 réflexions sur “Ces choses qui vont et viennent

  1. Acanthe

    Venant de vivre moi aussi une période difficile (qui n’est pas terminée mais le moral, au moins, va un peu mieux avec ce beau temps), je t’assure de tout mon soutien !

Les commentaires sont fermés.