Catégories
Books Builds Gardening Life

Semaine du 23 août 2020

Travaux

  • Je suis bien content, j’ai réussi à sérieusement avancer mon projet de canapé-lit, fabriqué à base de tous les restes que j’ai dans le garage (ça implique quand même quelques planches propres, hein, c’est pas que du bois de palette).
  • Le problème que j’ai maintenant, c’est que je sais pas trop quel bois utiliser pour les lattes. Je pourrai utiliser mes planches propres, mais je n’en aurai plus assez pour finir ce que j’ai à faire… J’ai plus de bois de palettes découpé, mais j’ai toujours 16 palettes qui attendent que je les démonte…

Personnes

  • J’ai passé une semaine de plus à essayer d’apprendre à Mehdi le « lâcher-prise ». Il est dans un contexte où il subit une belle injustice, et il s’acharne à vouloir la rectifier, alors qu’il a affaire à des gens qui par essence ne le reconnaîtront jamais.
  • Un peu par hasard, je me suis retrouvé à faire un resto avec Jo et Manue, et beaucoup par hasard, il se trouve que c’était le resto de sushis où bosse Ryoko. Et ça s’est fini en selfie pour teaser son cher et tendre qui était à quelques centaines de kilomètres avec les trois enfants sur le dos.
  • En discutant samedi avec Irfan, qui s’occupe de l’épicerie en vrac au marché, on a parlé rando, et il se trouve qu’il aime beaucoup ça lui aussi. Il m’a parlé d’un projet qu’il a avec un copain de faire une rando de 8h. Et il a fini par me demander si ça m’intéresserait. J’ai eu envie de lui répondre que, doucement, je viens juste de reprendre ce type d’activité. Au lieu de ça, j’ai répondu « pourquoi pas ? » Va falloir que je m’achète de vraies chaussures de rando…
  • Les voisins sont en vacances. Ca veut dire que je m’occupe de nourrir petit chat, et surtout qu’il passe son temps chez moi, ou plutôt dans mon jardin, en ce moment.

Woodworking

  • En bossant cet après midi, je me dis que s’il y a bien un outil que j’ai rentabilisé avec le temps, c’est… un outil dont je ne connais pas le nom en français… Cherchez « Pocket hole jig » sur votre moteur de recherche préféré.
  • Je me rends compte aussi que j’adore le bois, mais que c’est une matière sans pitié, et que le bois qui vrille est une belle saloperie… Mais bon, une bonne structure 3D arrive presque toujours à contraindre un ensemble dans la forme finale.

Écosystème du jardin

  • Les tournesols commencent à pencher sous le poids, et du coup, ils sont presque à ma hauteur !
  • Je pensais que les courgettes étaient en fin de vie, mais en fait non…

Média

  • J’ai lu L’autre en VF. Je l’avais lu il y a des années en VO, et j’en avais un meilleur souvenir. Mais ça a mal vieilli, ou c’est juste moi qui suis plus pointilleux. Probablement les deux.
  • J’ai lu le troisième tome de What If ? et c’est pas mauvais, mais définitivement trop rapide. Il y a une dizaine d’épisodes, et ça creuse clairement pas les concepts que ça pousse.
  • J’ai lu Soviet, et ça m’a bien éclaté, c’est du Punisher comme je l’apprécie?
  • J’ai lu Hit-Girl en Inde. Clairement pas le meilleur épisode de la série.
  • J’ai lu le second tome d’Ascender. Une bonne suite, mais j’ai comme souvent été obligé de ressortir le premier tome pour me rappeler les détails. Et vu qu’il y aura je pense quatre tomes de plus, je suis parti pour faire ça à chaque fois…
  • J’ai lu These Savage Shores, craignant que la couverture soit tout ce qu’on y trouve de bon. Mais non, c’est plein de bonnes choses, et très sympa à lire.
  • J’ai fini par Elfes 27 et Orcs & Gobelins 9. Classique, pas de surprise.
  • Et j’ai enfin terminé La méthode Bullet Journal. J’ai encore appris deux ou trois petits trucs pour parfaire ma base de connaissance. Il ne reste plus qu’à mettre ça en place.

Catégories
Books

Plaisir coupable (mais pas trop)

J’avais oublié d’en parler (je crois), mais dans mes lectures était récemment tombé un article qui m’avait fait un peu réfléchir, à savoir un info pour une campagne crowdfunding pour la prépublication de deux titres chez Bliss Comics. En général, je ne cours pas après les campagnes de crowdfunding sur ces publications, parce que je préfère donner mon argent à mon libraire (lui au moins, je peux prendre l’apéro avec).

Mais ici, il y a plusieurs facteurs qui ont joué. Bliss édite essentiellement l’univers Valiant (du nom de l’éditeur américain), univers que j’aime beaucoup parce qu’il se démarque plutôt bien de Marvel et DC. Ce n’est pas le premier éditeur à avoir tenté ça, un autre assez gros éditeur l’a fait avant lui, et s’est cassé les dents dessus (à mon avis la faute à un manque de pub sur ces publications) ; j’en garde un souvenir amer parce que j’ai acheté des titres qui se sont arrêté en plein milieu (heureusement repris par Bliss, et j’ai du coup mis mes anciens exemplaires en dépôt vente chez mon libraire, des fois que…). Et le Covid étant passé par là, la santé des plus petits éditeurs s’est révélé aléatoire. Ces deux campagnes étaient clairement annoncées comme une façon d’améliorer leur situation.

Donc j’ai cotisé, parce que ça me semblait la chose à faire pour soutenir cette industrie qui compte pour moi. J’ai quand même averti mon libraire que je lui faisais une infidélité, et ça l’a fait rigoler.

De façon amusante, pour une précommande, elle est arrivée deux semaines après sa sortie en librairie. Et si j’ai payé un peu plus cher, j’ai quand même gagné deux posters, huit prints, dont deux signés par Elsa Charretier et Paul Renaud, deux marque-pages, un autocollant et un badge phosphorescent. Et la satisfaction d’avoir soutenu un éditeur que j’apprécie.

Catégories
Toys and stuff

Chacun son truc…

Ca fait des années que je ne bosse plus que sur des ordis portables. C’est moins puissant qu’un PC fixe, mais pouvoir bosser un peu n’importe où dans la maison, dans le jardin ou chez les voisins n’a pas de prix. Ceci dit, depuis que je joue beaucoup au fablab, et en particulier que j’utilise massivement Inkscape et plus récemment Blender, je me suis de plus en plus énervé contre ma vieille souris qui a tendance à faire des doubles clics au lieu de simples clics. Surtout sur ces logiciels, c’est excessivement pénible. Après, j’avoue, j’ai une souris très cheap, parce que j’ai juste besoin de cliquer plus facilement qu’avec le touchpad. Je cherche pas l’ultraprécision ou les milliers de boutons. Mais bon, arrive un moment où même mon calme olympien me crie de jeter cette souris contre le mur et de la maudire sur trois générations. So what ? J’ai viré il y a bien longtemps tous mon stock de vieux matériel informatique, et de toute façon, les souris que j’avais en stock étaient à peu près aussi moisies. En racheter une, c’est la solution de facilité. Ou profiter d’une LAN chez mes voisins pour demander qui en aurait une en stock, ça peut le faire. Et donc oui, j’ai un pote qui en a une en stock, mais « le clic du milieu déconne parfois« . Je m’en fous, je l’utilise pas spécialement.

Deux mois après, quand on s’en souvient tous les deux, me voilà avec une nouvelle souris. Enfin…

Une souris de gamer, qui a bien servi, c’est à dire qu’elle est couverte de gras, d’excès de sébum, de cheveux, de poils de barbe, et j’espère que c’est la seule origine des poils, mais ça ne me surprendrait pas qu’il y en ait d’autres… Alors on fait quoi ? On saute de joie parce que je peux sortir un de mes jouets préféré pour arranger tout ça.

La définition du terme « un poil excessif »

Oui, une de mes grandes passions quand je reçois un nouvel objet électronique, c’est de le démonter. J’en ai déjà parlé, ici ou ailleurs, ça a à voir avec mon besoin de comprendre comment c’est monté, comment ça fonctionne, comment c’est pensé. Je vous passe toutes les étapes peu ragoutantes de nettoyage, le résultat est là.

c’est pas tout à fait parfait, mais bon, ça fait bien le job, et elle ne reste plus collée à la main. Bon, maintenant, j’ai une souris de malade, sur laquelle je n’utilise que deux boutons et un scroll. Mais elle respecte mes clics !

Catégories
Eating & Drinking

Un peu de cuisine

J’aime cuisiner, mais je déteste passer des heures dans la cuisine.  La conséquence, c’est que j’aime les plats simples, faciles et rapides. Je cours pas après les recettes à rallonge, et surtout, je cours pas après les recettes qui prévoient de quoi nourrir l’armée mexicaine.

Et donc, récemment, j’ai appris à faire les mugcake (un truc que beaucoup de gens connaissent probablement déjà, mais à côté duquel j’étais totalement passé.) En clair, vite fait et sans soigner la présentation, ça ressemble à ça :

Le mug star wars est très important dans la recette.

Pour faire rapide : Dans une mug, mettre 40g de beurre et 40g de chocolat (chez moi ça fait 8 carreaux), mettre ça au micro-ondes pendant 40/45 secondes pour faire fondre. A la sortie du micro-ondes, bien mélanger. Puis rajouter 30g de sucre, mélanger à nouveau. Rajouter un œuf, et, étrangement, mélanger à nouveau. Prendre 20g de farine, et incorporer (ouais, mélanger, quoi). Là, suivant la taille du mug, faut rajouter quelque chose pour compléter ou donner un goût spécial. Moi, j’ai de grands mugs, donc je prends ce que j’ai sous la main, et là, j’ai rajouté… des cookies aux noisettes (2 pour être exact, et cassés en 6/8 morceaux). Évidemment on mélange à nouveau. Maintenant, on remet ça au micro-ondes pendant… 1mn à 1mn30 suivant la puissance de la bête.

Laissez refroidir 10 bonnes minutes quand c’est fini, et miam ! Facile, rapide, et en plus c’est pour une seule personne !

Catégories
Toys and stuff

Kickstart

Ca fait longtemps que j’avais résisté aux affreuses tentations de Kickstarter.J’admets qu’il s’y passe des choses intéressantes, mais à quel prix, et avec quel *réel* intérêt ?

Aujourd’hui, j’ai craqué pour la première fois. J’ai soutenu … évidemment, une BD. L’intégrale de Girls with Slingshots ! Si vous ne connaissez pas, je vous le recommande vivement !

Catégories
Toys and stuff

L’art de l’imitation – suite et fin

J’ai enfin fini mon premier projet au fablab, à savoir la reproduction quasi complète de tous les éléments du jeu de figurines X-Wing.

La dernière découpe laser, pas encore sortie du four…

Entre les heures d’usinage et le prix du plexi, ça m’aura coûté une petite fortune, mais je me suis bien amusé, je me suis surtout fait des frayeurs, et j’ai appris beaucoup de choses.

Et j’ai découvert le dessin vectoriel

Je prétendrai certainement pas que mon œuvre est phénoménale, et même qu’elle a quelque chose d’exceptionnel, mais je suis assez fier du résultat, même si beaucoup de petites choses ne sont pas parfaites. Je ne suis plus l’hyper-perfectionniste que j’étais, même si j’ai encore quelques réminiscences. Maintenant, en avant pour les autres projets !

Catégories
Handmade Art Wearables

L’art du recyclage

Une des choses pour lesquelles je suis connu, c’est pour avoir une belle quantité de T-shirts débiles. Mais comme beaucoup de choses, ils s’usent. Et c’est chiant, parce que j’aime beaucoup certaines de ces illustrations débiles, et certaines d’entre elles ont une histoire (souvent un anniversaire). Alors qu’est ce que je fais quand ils ont des trous par endroits, ou de terribles auréoles sous les bras ? Je les donne à maman qui les recycle.

Et encore, ça c’est que le début.

J’ai donc plein de coussins pour ma banquette-lecture, j’en ai d’autres en cours, et c’est facile de changer de motif au besoin. Merci maman (et merci Internet pour l’idée.)

Catégories
Eating & Drinking

Une recette qui n’en est pas vraiment une

Je parlais de mes barres de céréales faites maison, il y a peu. Autant que je partage ma recette, ou ce qui y ressemble le plus, vu comment elle est adaptable. Here it comes.

D’abord, il faut prendre 200 à 250g de dattes, qu’il faut dénoyauter, couper en petits morceaux (moi je fais en 6 ou 8), et tout mettre dans une casserole avec un fond d’eau, une pincée de sel, et faire cuire le tout à feu doux pendant 30mn environ.

Pendant ce temps, il faut prendre une tasse (je prends des tasses de 30cl, pour la mesure) de flocons d’avoine et passer ça au blender, de sorte à obtenir de la farine assez grossière. Rajouter une autre tasse de flocons d’avoine (à garder entier cette fois-ci), un quart à une demi-tasse de sucre roux suivant les envies (moi j’en suis au quart) et 125g de beurre ramolli (en fait, 100 à 110g devraient suffire, mais comme j’achète le beurre en 250g, ça m’arrange d’en prendre la moitié), et mélanger le tout pour obtenir ce qui ressemble un peu à une pâte à crumble. C’est à ce niveau là qu’on rajoute l’ingrédient secret. L’ingrédient secret, c’est … ce qu’on veut, en général ce qui vide les placards… j’ai testé la poudre d’amandes, de noisettes, la noix de coco, les abricots secs (à mettre avec les dates), la vanille, la cannelle, ou pour prendre cette semaine en exemple, les quetsches du jardin (je m’étais fait une petite compote et j’avais des restes). Dans un plat (que je recouvre avec du papier sulfurisé par facilité), mettre les 3/4 de la pâte et la répartir correctement (en général je tasse un peu aussi histoire que ça s’effrite pas trop par la suite), puis les dates, et enfin recouvrir avec le 1/4 restant de pâte.

Enfourner le tout à 180°C pendant 30mn environ. Laisser refroidir à la sortie du four, et laisser la nuit au frigo pour que ça se fige bien, puis couper en portions.

Pas coupé, ça donne un truc comme ça.

Attention, quand c’est bien fait, c’est du pain de nain (comprendre qu’on peut s’en servir au combat pour assommer ses adversaires autant que pour les petits creux).